Comité de coordination de Debout pour l’école ! 2019-2020

De gauche à droite : Maxime Côté, Ghislaine Lapierre, Constantin Fortier, Michèle Morrone-Giroux, Suzanne-G. Chartrand, Fikry Rizk, Françoise Miquet, Jean Trudelle

Historique

Au printemps 2017 nait Debout pour l’école !, un collectif citoyen de réflexion et d’intervention sur l’éducation au Québec. Une dizaine de personnes, principalement issues du milieu de l’éducation, ont alors répondu à l’appel de Suzanne-G. Chartrand, didacticienne du français, pour remettre l’éducation sur ses rails (Le Devoir, 7 janvier 2017). Il s’agit de placer les enjeux de l’éducation au cœur des débats de la société québécoise, car l’éducation est le socle d’une culture commune et du vivre ensemble.
Debout pour l’école ! entend faire pression sur les décideurs des politiques éducatives pour qu’ils agissent dans le sens de ses revendications, qui sont fondées sur des recherches, des rapports et des aspirations de mouvements citoyens des dernières décennies.

Cinq chantiers

Dès le départ, le collectif a privilégié le travail de réflexion et d’action sur la situation de l’école, du préscolaire au collégial. Trois chantiers ont été ouverts, constitués d’une dizaine de membres chacun : 
1. Éducation : équité et qualité ;
2. Développer les compétences langagières ;
3. Revaloriser le travail de tous les personnels scolaires ;
4. un quatrième chantier a été ouvert en novembre 2019 qui porte sur la question des projets particuliers sélectifs dans les écoles secondaires publiques ;
5. un cinquième vise à élaborer collectivement une réflexion et une étude de l’ensemble du système d’éducation (structure, cursus, programmes, services, organisation du travail des personnels de tous les secteurs de l’éducation.

Organisation

Le collectif a une structure de démocratie participative dont les actions sont coordonnées par un comité de coordination formé de huit membres. Ses 1200 membres sont principalement répartis dans neuf régions du Québec : Abitibi, Bas-du-Fleuve, Cantons de l’Est, Laval-Laurentides-Lanaudière, Montérégie, Montréal, Outaouais, Québec, Saguenay.
Debout pour l’école ! est un collectif indépendant de toutes organisations, qu’elles soient syndicales, politiques, communautaires ou professionnelles ; seules des personnes peuvent en être membres.

Pour un système scolaire démocratique et de qualité pour tous : participer !

Vous désirez participer au collectif ?  Allez à l’onglet Devenir membre.
Chaque membre reçoit notre Bulletin aux deux mois.
Écrivez-nous pour nous faire part du type d’implication que vous désirez avoir dans le collectif : info@deboutpourlecole.org
Suivez-nous sur notre page FB et consultez régulièrement notre site.

Suzanne-G. Chartrand est anthropologue et didacticienne du français. Elle a travaillé plus de 50 ans en éducation : enseignement au secondaire, éducation populaire, éducation des adultes, formation des maitres. À la fin 2016, elle a lancé un appel à « remettre l’éducation sur ses rails » et a fondé le collectif citoyen Debout pour l’École ! dont elle est la coordonnatrice et la porte-parole.

Maxime Côté est enseignant d’éthique et culture religieuse au secondaire depuis 2005. L’éducation des jeunes est au centre de ses préoccupations. Sa vision de l’éducation publique combine pragmatisme et idéalisme. Il valorise la confiance en soi chez l’apprenant et la compréhension réelle de la complexité des enjeux éthiques et culturels.

Suzanne-G Chartrand
Maxime Côté

Constantin Fortier a une formation d’ingénieur ; il est père de deux garçons. Il a été président du CA d’un CPE et d’un conseil d’établissement d’une école primaire, et est actuellement délégué au comité de parents de la CS Marguerite-Bourgeoys. Il est aussi très impliqué dans les collectifs citoyens :  Je protège mon école publique et L’école ensemble.

Constantin Fortier

Ghislaine Lapierre est sociologue, retraitée de la fonction publique québécoise. Elle a travaillé en planification, recherche et évaluation de programmes dans les domaines de l’insertion socioprofessionnelle, la formation de la main-d’oeuvre et l’aide aux entreprises. Elle a été analyste à la Commission Bouchard-Taylor en 2007-2008.

Françoise Miquet est chargée de cours de français langue seconde à l’Université de Montréal, réviseure et traductrice. Elle s’intéresse à la mission intégratrice de l’apprentissage de la langue pour les nouveaux arrivants et au rôle de l’éducation dans le développement d’une pensée critique. Elle mène une recherche doctorale sur les enjeux interculturels de la traduction.

Ghislaine Lapierre
Françoise Miquet

Michèle Morrone-Giroux est enseignante en adaptation scolaire au primaire depuis plus de 10 ans. Elle est présentement titulaire d’une classe avec des élèves ayant des troubles d’apprentissage et de communication de la CS de Montréal. Le souci de faire cheminer ses élèves par des approches adaptées, en collaboration avec d’autres professionnels, teinte son enseignement

Fikry Rizk, d’origine égyptienne, est chargé de cours au Département de didactique à l’UQAM. il a enseigné 40 ans les sciences et les mathématiques au secondaire au Québec. Pour lui, chaque élève compte, car chaque élève peut apprendre ! Il est très préoccupé par les conditions défavorables à l’enseignement et aux apprentissages dans nos écoles.

Michèle Morrone-Giroux
Fikry Rizk

Jean Trudelle a été professeur de physique au Collège Ahuntsic de 1983 à 2018, avec une parenthèse de 10 ans à l’exécutif, puis à la présidence de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN). Il a été membre du Conseil supérieur de l’éducation de 2001 à 2004 et il a travaillé en formation des maitres à l’Université de Montréal.

Jean Trudelle

Les textes du collectif mis sur ce site adoptent les Rectifications orthographiques acceptées par l’Académie française en décembre 1990.

Fermer le menu